Perceval le gallois
Prêtez-moi le coeur et l’oreille car la parole se perd si le coeur n’entend pas.

Comment réaliser la justice sociale dans une conjoncture de crise systémique globale ( écologique, financière, économique, politique, sociale et culturelle ). L’humanité toute entière est concernée et cela doit nous amener à repenser la transition vers un monde postcroissant, posfossile et modifié par le climat.

Articles associés au mot "socialisme"
2 articles trouvés dans ce site
c’est une malédiction du même type que celle de Brigadoon, film de Vincente Minnelli sorti en 1954 dont serait victime l’ambition d’une « Europe (...)
Lire l’article ...
Article mis en ligne le 29 mai 2018
dernière modification le 2 juin 2018
Je ne veux être l’objet de personne. Que ce soit au sein du couple, de l’entreprise et dans toute entité avec laquelle j’entretiens des relations. (...)
Lire l’article ...
Article mis en ligne le 14 mai 2018

Annonces

Revue de presse du
03.07 au 10.07.20

Comment le développement durable a ravagé le bassin du Congo (par Jerome Lewis)
Les Pygmées coexistaient avec la faune et la flore depuis des millénaires – jusqu’à l’arrivée des professionnels de la conservation associés aux industries extractives. [...]de nombreuses régions du monde sont riches en biodiversité grâce aux communautés qui y vivent depuis des centaines ou des milliers d’années, et non pas malgré elles. Les populations locales sont également les plus ardents défenseurs de l’environnement, car ce sont elles qui ont le plus à perdre lorsque celui-ci est dégradé.

La spoliation financière : les paysans, « associés » du Train maya
La proposition des Fibras pourrait ainsi constituer un processus de spoliation dû à ce que, outre le fait que les membres des ejidos ne pourront jamais récupérer leur terre (s’ils le voulaient) car sur elle se situeront des projets immobiliers — c’est ce que la loi établit —, la rentabilité ne leur est pas non plus assurée, raison pour laquelle ils pourraient être obligés dans le futur de vendre les actions reçues en échange pour leurs terres.

Possible déclin de l’approvisionnement en pétrole de l’UE d’ici 2030 : la nouvelle étude du Shift sur le « pic pétrolier »
Le déclin probable d’ici à 2030 des capacités de production des pays fournissant aujourd’hui plus de la moitié du pétrole consommé par l’Union européenne (UE) risque d’entraîner des contraintes significatives sur l’approvisionnement de celle-ci.

L’évolution humaine dans l’impasse
L’effondrement est une impasse qui imposera une discontinuité fondamentale, alors que la pensée contemporaine présuppose la continuité du Progrès.

10 thèses pour ouvrir le débat
Par Denis Collin
Ces "thèses" ont été rédigées entre mai et août 2009. Elles restent une contribution à la discussion qui doit se mener aujourd’hui.

Huit questions en débat.
Par Denis Collin
Ces huit questions et leur esquisse de réponse datent d’août 2008. Il m’a semblé utile de republier ce texte resté confidentiel.

Annonces

Revue de presse du
10.07 au 23/08.20

Interview de Jean-Marc Jancovici
La croissance et le défi climatique ne sont pas conciliables au sens où on entend habituellement la croissance, c’est à dire la croissance du P.I.B. définie de manière normative comme la valeur totale des biens et des services qu’on produit. Si on prend cette définition là du P.I.B., il n’y a pas de démonstration probante de pouvoir concilier la croissance économique avec la lutte contre le changement climatique.
Pour donner un ordre de grandeur, si on veut limiter le changement à 2°, il faut que chaque année à partir de maintenant, on baisse les émissions de CO2 aussi fortement qu’en 2020 (-5% dans le monde à cause de la pandémie Covir-19). Ceci n’est pas conciliable avec la croissance économique. La bonne nouvelle est que la croissance finira par s’arrêter toute seule parce que nous n’avons pas de croissance infinie dans un monde fini...

Après la gauche, le socialisme - Bilan subjectif du dernier demi-siècle par Denis Collin
Dans ce bloc cons­truit après la mort de Marx et qu’on appelle « marxisme », il y a de nom­breux éléments hété­ro­gè­nes. Je crois et même je suis cer­tain que Le Capital reste un ouvrage essen­tiel – ce que j’ai déve­loppé dans plu­sieurs livres – mais je crois que l’on peut aban­don­ner à son triste sort la rhé­to­ri­que uto­piste, tech­ni­ciste, scien­tiste qui n’a que trop para­sité la pensée de ce grand maître, et même quand on peut se pré­va­loir de cita­tions de Marx, dont la pensée ne forme pas un tout achevé. Marx, en tout cas, n’a jamais œuvré pour qu’advienne un « homme nou­veau », pro­duit du déve­lop­pe­ment de la science et de la tech­ni­que, mais seu­le­ment la réa­li­sa­tion de l’essence humaine. C’est le sta­li­nisme qui a inventé l’homme nou­veau, repris par Guevara et nombre de ses sui­veurs. La libé­ra­tion, pour Marx, était celle du tra­vail créa­teur, et non celle de la tech­ni­que, la libé­ra­tion de la culture, de l’art et de la pensée et nul­le­ment la trans­for­ma­tion de l’homme en objet du mécano tech­ni­cien.

Pétrole : l’Union européenne va t-elle en manquer ?
Possible déclin de l’approvisionnement en pétrole de l’UE d’ici 2030 : Webinaire de présentation de la nouvelle étude du Shift sur le "pic pétrolier" (25 juin 2020).

La majorité des sources actuelles d’approvisionnement en pétrole de l’Union européenne menacent de décliner d’ici à 2030, selon une analyse du Shift Project s’appuyant sur des données exclusives. Une raison de plus pour mettre en oeuvre sans tarder et de manière ambitieuse les politiques publiques et mesures proposées par l’European Green Deal, la Convention citoyenne pour le climat, etc.

Intervenant : Matthieu Auzanneau, directeur du Shift et auteur du rapport.

Annonces

Revue de presse du
14.04.2021 au 17.04.2021

Changement de période historique par Denis Collin
En effet, toute marche arrière est inter­dite : on ne peut pas reve­nir à la situa­tion des « trente glo­rieu­ses » et au « par­tage » (pro­duit d’un rap­port de forces) entre capi­tal et tra­vail : la com­bi­nai­son des des­truc­tions mas­si­ves, de l’hégé­mo­nie des États-Unis et de la puis­sance sovié­ti­que ne revien­dra pas. Pas plus que ne revien­dra l’énergie abon­dante et bon marché qu’était le pétrole. On ne peut comp­ter sur la crois­sance infi­nie pour per­met­tre à toutes les aspi­ra­tions de coexis­ter et on sait bien qu’il n’est guère pos­si­ble que les pau­vres s’appau­vris­sent indé­fi­ni­ment et que les riches conti­nuent de s’enri­chir. Tout indi­que qu’à moyen terme nous connaîtrons une crise économique et sociale de grande ampleur et per­sonne ne peut exclure une catas­tro­phe de type troi­sième guerre mon­diale dont les consé­quen­ces seraient autre­ment effroya­bles que celles de la deuxième. Comme il n’y a pas de grand com­plot dont il suf­fi­rait de démas­quer les com­plo­teurs, mais ce que ce qui est en cause, c’est le grand auto­mate qu’est le capi­tal, c’est à une révo­lu­tion radi­cale qu’il faut nous pré­pa­rer, pas seu­le­ment une révo­lu­tion sociale, mais aussi une révo­lu­tion morale. Au « tou­jours plus », au délire de toute-puis­sance de l’homme qui croit se faire tout seul, il faut sub­sti­tuer le sens des limi­tes, de la juste mesure et retrou­ver la com­mu­nauté poli­ti­que comme lieu où peut se penser véri­ta­ble­ment le bon­heur. On se sou­vient peut-être qu’un des grou­pes post-soixante-hui­tards avait pour devise : « nous vou­lons tout, tout de suite, vivre sans entra­ves et jouir sans temps mort. » Cette devise n’avait abso­lu­ment rien de révo­lu­tion­naire, contrai­re­ment à ce que croyaient ses auteurs, elle était exac­te­ment la devise du capi­ta­lisme absolu et c’est à cela que nous devons tour­ner le dos, défi­ni­ti­ve­ment après quel­ques siè­cles de crois­sance de la richesse et de la puis­sance.

Montebourg, Piolle, nucléaire et soumission renouvelable (par Nicolas Casaux)
par Le partage
Un certain malaise à voir ces gens commenter sur internet le « débat » entre Arnaud Montebourg et Éric Piolle organisé par Reporterre, qui approuvant la position de l’ancien ministre — pro-nucléaire & pro-EnR (Énergies dites Renouvelables) —, et qui celle du maire de Grenoble — seulement pro-EnR. L’occasion de mettre en lumière un des aspects du problème général de notre temps. [...]
Pour en revenir au débat Montebourg-Piolle : ils tweetent un mot en faveur du nucléaire, des EnR ou des deux, et se sentent participer, un peu, au développement général du système technologique, à la marche de la « totalité organisée », dont ils acceptent toutes les prémisses, qu’on ne leur propose jamais de remettre en question. Préférez-vous que tout continue avec nucléaire + EnR, ou juste avec EnR ? Dans tous les cas tout continue, et vous n’êtes pas encouragé à remettre cela en question. En outre, selon toute probabilité, ce choix s’effectuera en fonction de la force des choses, des nécessités du système sociotechnique et pas des préférences de quelques commentateurs sur Twitter. Dans tous les cas, c’est la perpétuation du désastre que l’on avalise.

Ici vous pouvez afficher le contenu d'un article avec le mot-clé "article-libre4".

Le titre du bloc sera celui de l'article.

Ici vous pouvez afficher le contenu d'un article avec le mot-clé "article-libre5".

Le titre du bloc sera celui de l'article.


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2018-2021 © Perceval le gallois - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.81
Hébergeur : Nuxit