Perceval le gallois
Prêtez-moi le coeur et l’oreille car la parole se perd si le coeur n’entend pas.

Comment réaliser la justice sociale dans une conjoncture de crise systémique globale ( écologique, financière, économique, politique, sociale et culturelle ). L’humanité toute entière est concernée et cela doit nous amener à repenser la transition vers un monde postcroissant, posfossile et modifié par le climat.

III/ L’apartheid du néo-État social

3è chapitre du « Manifeste contre le travail ». En 1999, alors que déjà le mouvement alter-confusionniste néo-keynésien et son idéologie alter-capitaliste de défense des « services publics » déployait tout juste au lendemain du contre-sommet de Seattle, la léthargie croissante de son anticapitalisme tronqué contre le seul « capitalisme financier », la revue allemande « Krisis » fondée en 1986 par Robert Kurz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Roswitha Scholz et Peter Klein, décidait de synthétiser en un nouveau grand Manifeste ses réflexions théoriques en rupture avec l’ensemble des courants marxistes du XXe siècle et plus encore avec cette gauche néo-keynésienne, dans un livre à large diffusion : le fameux Manifeste contre le travail.
Palim Psao

Article mis en ligne le 14 octobre 2018
dernière modification le 19 novembre 2018
logo imprimer
Table des matières
I/ La domination du travail mort. II/ La société d’apartheid néo-libérale.
III/ L’apartheid du néo-État social IV/ Aggravation et démenti de la religion du travail
V/ Le travail, principe social coercitif VI/ Travail et capital : les deux faces de la même médaille

Les fractions anti-néo-libérales du camp du travail, qui englobe toute la société, auront peut-être du mal à se faire à cette perspective, mais ce sont justement elles les plus ferventes adeptes de l’idée qu’un homme sans travail n’est pas un homme. Nostalgiques, obnubilées par le travail de masse fordiste de l’après-guerre, elles n’ont à l’esprit que de ranimer cette époque révolue de la société de travail. Que l’État se charge une fois de plus de ce que le marché n’est plus à même de garantir ! Les "programmes pour la création d’emplois", le travail obligatoire dans les communes pour les demandeurs d’aides sociales, les subventions régionales, l’endettement public et autres mesures politiques doivent simuler encore et toujours la "normalité " de la société de travail. Cet étatisme du travail, ranimé sans grande conviction, n’a certes pas l’ombre d’une chance, mais il reste le point de repère idéologique de larges couches de la population menacées par la déchéance. Et c’est précisément parce qu’elle est sans espoir que la pratique qui en résulte se révèle tout sauf émancipatrice.

La transformation idéologique du "travail devenu rare" en premier droit du citoyen exclut par le fait même tous ceux qui n’ont pas le bon passeport. La logique de la sélection sociale n’est pas mise en cause, mais simplement définie d’une autre manière : les critères ethniques et nationalistes sont censés désamorcer la lutte pour la survie individuelle. "Les turbins nationaux aux nationaux", crie la vox populiqui, dans l’amour pervers du travail, retrouve encore une fois le chemin de la Nation. C’est l’option du populisme de droite, et il ne s’en cache pas. Sa critique de la société de concurrence ne vise qu’au nettoyage ethnique des zones de richesse capitaliste qui se réduisent comme peau de chagrin.

Quant au nationalisme modéré, d’obédience social-démocrate ou écologiste, il veut bien accorder le statut de nationaux aux immigrés de longue date et même en faire des citoyens s’ils ont donné des gages de leur caractère parfaitement inoffensif et de leur absolue servilité. Mais, ce faisant, on pratique encore davantage et de manière encore plus discrète l’exclusion des réfugiés de l’Est et du Sud et l’on donne à cette exclusion une légitimité - le tout, bien sûr, toujours sous un flot de bonnes paroles pleines d’humanité et de civilité. La chasse aux "clandestins", supposés vouloir mettre la main sur les emplois nationaux, doit être faite si possible sans laisser de vilaines traces de feu et de sang sur le sol national. Pour cela, il y a la police des frontières, la gendarmerie et les pays tampons de
l’espace Schengen qui règlent tout en toute légalité, et de préférence loin des caméras de télévision.

Cette simulation étatique du travail est dès l’origine violente et répressive. Elle incarne la volonté de maintenir coûte que coûte la domination de l’idole Travail même après sa mort. Ce fanatisme de la bureaucratie du travail ne tolère pas que les exclus, les chômeurs et les sans-avenir, ainsi que tous ceux qui ont de bonnes raisons de refuser le travail, se réfugient dans les dernières niches, du reste terriblement étroites, de l’État social en lambeaux. Les travailleurs sociaux et les secrétaires des bureaux de placement les traînent sous les lampes d’interrogatoire de l’État et les forcent à se prosterner publiquement devant le trône du cadavre dominant.

Alors qu’en principe, dans un tribunal, le doute bénéficie à l’accusé, ici c’est à lui de prouver son innocence. Si, à l’avenir, les exclus ne veulent pas vivre de charité chrétienne et d’eau fraîche, ils devront accepter n’importe quel sale boulot, n’importe quel travail d’esclave, ou n’importe quel "contrat de réinsertion", si absurde soit-il, pour prouver leur inconditionnelle disponibilité au travail. Que ce qu’ils doivent faire n’ait que très peu de sens ou même en soit totalement privé, cela n’a aucune importance, pourvu qu’ils restent perpétuellement en mouvement afin de ne jamais oublier la loi selon laquelle doit se dérouler leur existence.

Autrefois, les hommes travaillaient pour gagner de l’argent. Aujourd’hui, l’État ne regarde pas à la dépense pour que des centaines de milliers d’hommes et de femmes simulent le travail disparu dans d’étranges "ateliers de formation" ou "entreprises d’insertion" afin de garder la forme pour des "emplois" qu’ils n’auront jamais. On invente toujours des "mesures" nouvelles et encore plus stupides simplement pour maintenir l’illusion que la machine sociale, qui tourne à vide, peut continuer à fonctionner indéfiniment. Plus la contrainte du travail devient absurde, plus on doit nous bourrer le crâne avec l’idée que la moindre demi-baguette se paie. À cet égard, le New Labour et ses imitateurs partout dans le monde montrent qu’ils sont tout à fait en phase avec le modèle néo-libéral de sélection
sociale. En simulant "l’emploi" et en faisant miroiter un futur positif de la société de travail, on crée la légitimation morale nécessaire pour sévir encore plus durement contre les chômeurs et ceux qui refusent de travailler. En même temps, la contrainte au travail imposée par l’État, les subventions salariales et la fameuse " économie solidaire " abaissent toujours plus le coût du travail. On encourage ainsi massivement le secteur foisonnant des bas salaires et du working poor.

La "politique active de l’emploi" prônée par le New Labour n’épargne personne, ni les malades chroniques ni les mères célibataires avec enfants en bas âge. Pour ceux qui perçoivent des aides publiques, l’étau des autorités ne se desserre qu’au moment où leur cadavre repose à la morgue. Tant d’insistance n’a qu’un sens : dissuader le maximum de gens de réclamer à l’État le moindre subside et montrer aux exclus des instruments de torture tellement répugnants qu’en comparaison le boulot le plus misérable doit leur paraître désirable.

Officiellement, l’État paternaliste ne brandit jamais son fouet que par amour et pour éduquer sévèrement ses enfants, traités de "feignants", au nom de leur développement personnel. En réalité, ces mesures "pédagogiques" ont un seul et unique but : chasser de la maison le quémandeur à coups de pied aux fesses. Quel autre sens pourrait avoir le fait de forcer les chômeurs à ramasser des asperges ? Là, ils doivent chasser les saisonniers polonais qui n’acceptent ces salaires de misère que parce que le taux de change leur permet de les transformer en un revenu acceptable dans leur pays. Cette mesure n’aide pas le travailleur forcé, ni ne lui ouvre aucune "perspective d’emploi". Et pour les cultivateurs, les diplômés et les ouvriers qualifiés aigris qu’on a eu la bonté de leur envoyer ne sont qu’une source de tracas. Mais quand, après douze heures de travail sur le sol de la patrie, l’idée imbécile d’ouvrir, faute de mieux, une pizzéria ambulante paraît nimbée d’une lumière plus agréable, alors l’"aide à la flexibilisation" a atteint le résultat néo-britannique escompté.

" N’importe quel travail vaut mieux que pas de travail du tout. "
Bill Clinton, 1998

" Il n’y a pas de boulot plus dur que de ne pas en avoir du tout. "
Slogan d’une affiche d’exposition de l’Office du pacte de coordination des
initiatives de chômeurs en Allemagne, 1998

" L’engagement civique doit être récompensé et non pas rémunéré. [.] Celui
qui pratique l’engagement civique perd aussi la souillure d’être chômeur et
de toucher une aide sociale.
Ulrich Beck, l’Âme de la démocratie,1997

A l’école française d’Athènes en septembre 2017, "Je serai d’une détermination absolue sur la réforme du droit du travail [...] Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d’avoir, chaque jour, la même détermination".
Emmanuel Macron


flèche Sur le web : Krisis

Sites favoris



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2018-2018 © Perceval le gallois - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.81
Hébergeur : Nuxit