Perceval le gallois
Prêtez-moi le coeur et l’oreille car la parole se perd si le coeur n’entend pas.

Comment réaliser la justice sociale dans une conjoncture de crise systémique globale ( écologique, financière, économique, politique, sociale et culturelle ). L’humanité toute entière est concernée et cela doit nous amener à repenser la transition vers un monde postcroissant, posfossile et modifié par le climat.

3/3
Fakir

Numéro 86 - Les vraies dents de la mer


La Commission européenne a menti.
Pour mieux vider les mers, et promouvoir la pêche électrique, elle n’a pas hésité : elle a bidouillé, sinon bidonné, un rapport scientifique.

Heureusement, Claire Nouvian était là, pasionaria des océans, pour réveiller les eurodéputés à Bruxelles.
Et nous-mêmes à l’Assemblée nationale...

Retrouvez notre enquête, du port de Calais, au grand air, jusqu’aux sous-sols du Parlement européen.

À lire également dans ce numéro !

  • De Merci Patron ! à Nuit debout,de La Fête à Macron aux Législatives, c’était notre Grande Organisatrice : Johanna s’en va...
  • J’ai écrit une lettre ouverte au Benalla de la Big Pharma, le PDG de Sanofi.
  • La courbe qui plonge : quand les statistiques ont permis de sauver trois collèges !
  • De Marius Jacob à Julien Coupat, un grand chèque à l’ordre d’Emmanuel Macron et encore plein d’autres bonnes choses !

    L’édito du boss : "L’essentiel est invisible pour les yeux..."

Il y a tout ça, qu’on voit, mais je voudrais insister sur l’essentiel, qu’on ne voit pas. C’est toute la psychiatrie, en fait, qui subit une régression. Le sens de leur travail. Le sens de l’histoire en psychiatrie. Au-delà des lits, des murs, des chambres, c’est ce vide de sens, qu’ils ne savent pas dire, que je ne sais pas dire non plus, mais c’est ce vide de sens qui est le plus cruellement ressenti par les soignants. Et même, ça vaut peut-être pour toute la société, ce vide de sens engendre une souffrance, souterraine, latente.

Article mis en ligne le 12 septembre 2018
dernière modification le 14 octobre 2018
Rubrique : Politique

1er chapitre du « Manifeste contre le travail ». En 1999, alors que déjà le mouvement alter-confusionniste néo-keynésien et son idéologie alter-capitaliste de défense des « services publics » déployait tout juste au lendemain du contre-sommet de Seattle, la léthargie croissante de son anticapitalisme tronqué contre le seul « capitalisme financier », la revue allemande « Krisis » fondée en 1986 par Robert Kurz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Roswitha Scholz et Peter Klein, décidait de synthétiser en un nouveau grand Manifeste ses réflexions théoriques en rupture avec l’ensemble des courants marxistes du XXe siècle et plus encore avec cette gauche néo-keynésienne, dans un livre à large diffusion : le fameux Manifeste contre le travail.
Palim Psao

Table des matières

I/ La domination du travail mort.

II/ La société d’apartheid néo-libérale.

III/ L’apartheid du néo-État social

Un cadavre domine la société, le cadavre du travail. Toutes les puissances du monde se sont liguées pour défendre cette domination : le pape et la Banque mondiale, Tony Blair et Jôrg Haider, les syndicats et les patrons, les écologistes d’Allemagne et les socialistes de France. Tous n’ont qu’un mot à la bouche : travail, travail, travail !

Qui n’a pas désappris à penser comprend sans difficulté le caractère insensé de cette attitude. Car ce n’est pas une crise passagère que connaît la société dominée par le travail : la société se heurte à sa limite absolue. Par suite de la révolution micro-informatique, la production de "richesse" s’est toujours davantage décrochée de la force de travail humaine - à une échelle que seule la science-fiction aurait pu concevoir voilà quelques décennies. (...)

Article mis en ligne le 1er août 2018
Rubrique : Politique

Les associations, syndicats et partis se heurtent au problème de la prise de décisions efficace au sein d’un collectif tout en respectant le grand principe d’émancipation. Les organisations ( associations, syndicats, partis) sont le siège des principales atteintes à l’émancipation et à l’autonomie, qu’elles soient dotées de structures formelles hiérarchiques classiques, ou de structures informelles.

Une association est un groupement de personnes volontaires réunies autour d’un projet commun ou partageant des activités, mais sans chercher à réaliser de bénéfices. Elle peut avoir des buts très divers (sportif, défense des intérêts des membres, humanitaire, promotion d’idées ou d’œuvres…). La liberté d’association n’a été réellement acquise qu’avec la loi Waldeck-Rousseau du 1er juillet 1901 sur le contrat d’association.

Un syndicat est une association de personnes destinée à la défense de leurs intérêts professionnels communs. Les syndicats professionnels regroupent des personnes exerçant la même profession, des métiers similaires ou connexes, qui ont pour objet exclusif l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux tant collectifs qu’individuels des personnes mentionnées dans leurs statuts. Ils ont la capacité d’ester en justice.

Les partis politiques, enfin, sont des regroupements (...)

Article mis en ligne le 15 juillet 2018
Rubrique : Politique

L’entreprise de la quatrième révolution industrielle.
Le programme économique de la Lega et du M5s ne font pas, ou, très peu référence aux questions économiques, à celle du travail ou aux inégalités sociales. C’est qu’ils s’accommodent assez bien du système capitaliste. Or ils vont être confrontés rapidement aux défis, non seulement de Bruxelles et du FMI, mais aussi de l’Assolombarda, syndicat patronal de l’industrie pour la Lombardie, le poids lourd du MEDEF italien, celui qui donne le "La" en matière de politique, d’économie, de travail et de social.

Je remercie Denis COLLIN de m’avoir autoriser à reproduire un extrait de l’article « Italie : révolution « fasciste » ? Offensive du capital ? ». Il s’agit d’une analyse de Danielle RIVA, parue dans Utopie Critique

Ce texte faisant référence à la situation italienne peut parfaitement être appliqué à la situation de l’ensemble des pays de l’Union Européenne. Nous ne pourrons pas dire que nous nous y attendions pas..

Le FMI a consacré dans sa brochure annuelle peu avant l’élection italienne, un chapitre réservé à l’Italie dont le fond est toujours le même : consolidation budgétaire crédible et ambitieuse, et réduction de la dette publique à 60% du PIB dans les années 2020 (actuellement 132% du PIB). C’est-à-dire diviser les dépenses sociales etc., par deux !! :

« une coupe des dépenses primaires, un accroissement des investissements et une réduction de la pression fiscale sur le travail » et « un soutien aux (...)

Article mis en ligne le 15 juillet 2018
Rubrique : Sociologie

« Il y a une décennie et demi, le monde est passé de bipolaire à unipolaire, parce que l’un des pôles s’est désagrégé : l’Union soviétique n’est plus. L’autre pôle - symétriquement appelé les États-Unis - ne s’est pas (encore) désagrégé, mais il y a des grondements menaçants à l’horizon. L’effondrement des États-Unis semble aussi improbable maintenant que l’était l’effondrement de l’Union soviétique en 1985. L’expérience du premier effondrement peut-être instructive pour ceux qui souhaitent survivre au second. »
- Dmitry Orlov

Le livre de Dimitry Orlov, Les cinq stades de l’effondrement, est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie », c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

L’auteur a vécu l’effondrement de l’Union Soviétique. Immigré aux États-Unis, il a su conserver, à l’instar d’un Soljenitsyne, un regard critique sur son nouveau pays et sur les sociétés occidentales en général.

Il a su y déceler les prémices d’un effondrement et les faits lui donnent de plus en plus raison…

Dmitry Orlov

Dmitry Orlov est ingénieur et a travaillé dans de nombreux domaines incluant la recherche en Physique des Hautes Énergies, le commerce en ligne et la sécurité informatique. Durant les huit dernières années, il a expérimenté un mode de vie autonome grâce aux énergies renouvelables, en abandonnant maison et voiture. À la place, il vit sur un voilier, (...)

Article mis en ligne le 8 juillet 2018
dernière modification le 9 juillet 2018
Rubrique : Économie

Gaël Giraud est directeur de recherches au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne, de l’organisme de régulation financière Labex-Refi, de l’École d’Économie de Paris et du Conseil Scientifique de « The Shift Project ». Ce texte est une transcription du résumé de son travail et celui de Zeynep Kahraman sur les liens entre le PIB et l’énergie présenté lors des Ateliers du « Shift project »du 06 mars 2014.
L’intégralité de son intervention est visible ici
L’intégralité du diaporama est visible ici

Absence de corrélation entre le prix du baril de pétrole et le PIB

L’équation de Kaya

L’équation de Kaya peut être formulée de la façon suivante :

[ PIB / POP(active) ] = [ ENG/ POP(active) ] X [ PIB / ENG ]

[ PIB / POP(active) ] := Croissance du PIB par habitant.

[ ENG / POP(active) ] := Croissance de la consommation d’énergie par habitant.

[ PIB / ENG ] := Croissance de l’efficacité énergétique.

La formule nous fait prendre conscience qu’il existe un lien entre la croissance du PIB par habitant, la consommation d’énergie par habitant et l’efficacité énergétique. Ce lien pourrait être qualifié de tautologique parce que l’équation de Kaya n’et qu’une égalité comptable. Cependant elle montre qu’il ne peut y avoir de croissance (terme de gauche) sans augmenter la croissance des termes à la droite de l’équation soit l’efficacité énergétique, soit la consommation d’énergie par habitant.

Tautologie

Procédé rhétorique ou négligence de style consistant à répéter une idée déjà (...)

Article mis en ligne le 10 juin 2018
Rubrique : Politique

Sous le titre « Le ministère de la vérité arrive » Vincent Cheynet dans le journal mensuel « La Décroissance » nous donne dix exemples de nouvelles trompeuses nommées aussi « fausses nouvelles » ou « fake news ». La reproduction de cet article est un appel à soutien et à abonnement.

Édité depuis 2004 par Casseurs de pub, « le journal de la joie de vivre » constitue l’une de mes références essentielles. Chaque mois, Vincent Cheynet, Bruno Clémentin, Pierre Druilhe, Pierre Thiesset et leurs chroniqueurs (parmi lesquelles François Jarrige, Alain Accardo, Thierry Brulavoine ou Alain Gras) remettent en question les dogmes économiques (dont la sacro-sainte croissance) et les dogmes idéologiques (dont le progrès ou la technologie) de notre époque, avec humour et intelligence. Même si le journal n’est pas menacé de disparition, dans le numéro du mois de décembre 2017, les objecteurs de croissance appellent leurs lecteurs à l’aide en leur proposant d’acheter le journal en kiosque, de s’abonner, d’offrir des abonnements, de faire un don, de faire circuler le journal, etc.

Le comptoir

L’assemblée nationale a été saisie par le groupe majoritaire LRM d’un projet de loi destinée à lutter contre (...)

Article mis en ligne le 2 juin 2018
dernière modification le 9 juillet 2018
Rubrique : Écologie

Résumé de l’article de Jean-Marc Jancovici publié sur son site qui pose, à mon sens, la question politique essentielle de l’avenir de l’humanité face à la déplétion des ressources en énergies fossiles. Concernant l’attribution de la responsabilité du réchauffement climatique et de ses effets, nous devons déconstruire la stratégie de substitution causale (Vincent Mignerot) qui nous a maintenu jusque là dans l’insouciance. Cet article a le mérite de poser de vrais questions politiques : A nous de choisir le type de société que nous voulons pour les générations à venir compte tenu que « l’idée d’une croissance matérielle infinie dans un monde fini est bien l’utopie la plus folle qu’un esprit humain ait jamais conçu »(Jean-Claude Michéa)

Centrale à charbon au Canada

CO2 = [ CO2 / TEP ] X [ TEP / PIB ] X [ PIB / POP(active) ] X [ POP(active) ]

C’est une équation attribuée au professeur japonais dénommé Kaya, chercheur connu pour les questions de politique énergétique, ayant des points communs troublants avec son homologue français Jean-Marc Jancovici...

Cette équation part du principe que l’on peut toujours multiplier ou diviser par un même nombre chaque coté d’une égalité.

Appelons CO2 les émissions mondiales de gaz carbonique, le principal gaz à effet de serre d’origine humaine. Nous pouvons écrire qu’elles sont égales à elles-mêmes :

CO2 = CO2

* Définition : Tonne équivalent pétrole - TEP

La TEP (tonne d’équivalent pétrole) permet de mesurer l’énergie calorifique d’une tonne de pétrole « moyen ». Elle est souvent employée dans les bilans énergétiques : ktep (103 tep), Mtep (106 tep). La TEP sert à quantifier la quantité d’énergie transformée.

Connaissance des (...)

Article mis en ligne le 29 mai 2018
dernière modification le 2 juin 2018
Rubrique : Politique

c’est une malédiction du même type que celle de Brigadoon, film de Vincente Minnelli sorti en 1954 dont serait victime l’ambition d’une « Europe sociale » selon Bernard Cassen (Une fois tous les cinq as, le mirage de l’Europe sociale) : pendant quelques semaines, tous les cinq ans, elle fait surface dans les programmes des candidats aux élections au Parlement européen. Puis elle disparaît du paysage politique jusqu’au scrutin suivant.
Il y a de quoi désespérer de la gauche européiste. Il ne faut pas s’illusionner parce qu’elle ne pourra pas s’extraire de la logique libérale des traités et de sa traduction dans les politiques nationales.

La méthode proposée par le parti de la gauche européenne pour la construction d’une autre Europe est la suivante :

Une révolution citoyenne grâce à un gouvernement de Front de Gauche qui proposerait aux autres états européens de changer les règles du jeu en essayant de convaincre nos partenaires (28 pays) et, s’il y a refus de leur part de les appliquer dans notre propre pays, c’est à dire de désobéir en s’appuyant sur la volonté du peuple. En ne remettant pas en cause la construction européenne dans son principe même et le système de l’€uro comme monnaie unique, en nous faisant croire qu’il est possible de transformer l’Union européenne de l’intérieur, le parti de la gauche européenne nous joue un très mauvais tour.

En voici les raisons :

• Le titre XV de la constitution et l’article 88-1 place les traités européens au dessus de la loi française :

« La République participe à l’Union européenne (...)

Article mis en ligne le 22 mai 2018
dernière modification le 2 juin 2018
Rubrique : Sociologie

Cet extrait de la préface du livre de Alain Deneault, "Politique de l’extrême centre" (cad de la médiocratie), nous offre une sorte de sociologie de l’électorat .
Le terme médiocratie, composé de médiocre avec le suffixe -cratie, a d’abord été utilisé en 1844 dans le sens de gouvernement de la classe moyenne. Il s’emploie à propos d’’une organisation où règne la compétence moyenne, l’opinion moyenne, qui fonctionne en recherchant l’homogénéité au détriment de la diversité, et qui ne parvient pas ou ne veut pas attirer "les meilleurs", ni les placer à sa tête. Médiocre vient du latin mediocris : moyen

Une typologie de cinq personnages conceptuels se dessine pour traduire les réactions possibles à l’hégémonie enjoignant à la révolution anesthésiante à laquelle nous poussent les théories du management et la propension aux petits arrangements institutionnels qui caractérisent les dernières décennies.

Le cassé

Selon le romancier Pierre Lefebvre, ou encore « l’homme qui dort », dixit Georges Pérec, refusent tous deux l’ordre institué en s’y soustrayant. Ils font le dos rond sous l’époque. Sous les radars, ces pique-assiettes ou ascétiques refusent tous deux les facéties et aberrations qu’institue l’organisation contemporaine et optent sans hésitation pour un statut précaire. Comme le dit Lefebvre, « l’unique et véritable raison pour laquelle je n’ai pas su garder la plupart de mes jobs reste au fond assez simple : je n’ai jamais pu m’habituer à mon statut de "ressource humaine" » (Pierre Lefebvre, Confession d’un (...)

Article mis en ligne le 14 mai 2018
dernière modification le 15 mai 2018
Rubrique : Politique

Résumés du livre de Jacques "Sapir Souveraineté, Démocratie, Laïcité" rédigés à partir du livre lui-même et de la transcription de son interview par IDDE (Institute for Direct Democraty in Europe)

Souveraineté, Démocratie, Laïcité

Table des matières :

La souveraineté

Autorité légitime et fondation du légal

Qu’est-ce qu’un peuple ?

Le ciment commun d’un peuple

Ordre démocratique contre ordre marchand ?

Texte de la quatrième de couverture :

« La nation rassemblée et l’état d’urgence décrété : nous vivons un moment souverainiste.

Mais à quel prix, et sous quelles conditions, pouvons-nous vivre ensemble ? Cette question fait clivage. Le souverainisme est ce nouveau spectre qui hante le monde. Rien de plus normal pourtant, car la question de la souveraineté est fondatrice de la démocratie. Elle fonde la communauté politique, ce que l’on appelle le peuple, et définit un ordre politique.

Partout en Europe et dans le monde s’exprime la volonté populaire de retrouver sa souveraineté. Que ce soit face aux incohérences de l’Union européenne sur la crise des réfugiés, ou face aux questions suscitées par le déni de la souveraineté grecque des (...)

Article mis en ligne le 14 mai 2018
Rubrique : Politique

La sociocratie est une modalité peu connue de démocratie au sein des organisations. Je l’ai découverte par l’intermédiaire d’un ami,[...], Michel Martin. Il a accepté ma proposition de rédiger un billet d’introduction à la sociocratie, avec comme application le fonctionnement d’un parti politique qui se voudrait démocratique dans ses pratiques internes. Ce billet est aussi passionnant que (très) long. Pour ceux que cela risquerait de décourager, je résume en quelques lignes et à ma façon les principes de fonctionnement d’un tel parti.

INTRODUCTION

La mesure sans doute la plus étonnante au regard des pratiques actuelles est L’ÉLECTION SANS CANDIDAT des personnes à des postes clés de l’organisation. Pour les modalités, voir le billet. Mais d’autres dispositifs, explicités dans le billet, ne sont pas moins importants pour la gestion collective : décision par consentement protégeant les objecteurs et les objections, organisation en cercles ou niveaux (par exemple, pour les partis, les sections locales, régionales, nationales) ne supprimant pas les hiérarchies mais avec 1) un principe de subsidiarité laissant la plus grande autonomie possible à chaque cercle, et 2) un lien fort entre chaque niveau et le niveau supérieur par le biais de deux ou quelques personnes comme « agents de liaison ».

La sociocratie ne résout pas tout, elle ne fait pas disparaître les conflits, mais elle apporte la plupart du temps des moyens de les résoudre (...)

Article mis en ligne le 14 mai 2018
Rubrique : Sociologie

Pendant les années où s’est dessiné le mouvement de libération des femmes, l’accent a été mis sur ce qu’on a appelé les groupes sans guide et sans structure, comme forme principale du mouvement. L’origine de cette idée était une réaction normale contre la société sur-structurée dans laquelle la plupart d’entre nous vivions, le contrôle inhérent que cela donnait aux autres sur nos propres vies et l’élitisme habituel des groupes gauchistes ou similaires au sein desquels nous étions sensés combattre ces mêmes structures.
L’idée d’"absence de structure", cependant, a dévié, passant d’un contre-pied sain à de telles tendances pour devenir une idole à part entière.

NWO

Introduction

Beaucoup utilisée, cette expression n’a été que peu étudiée mais est devenue un terme intrinsèque et incontestée concernant l’idéologie de la libération des femmes. Cela n’a été que de peu d’importance lors de l’apparition du mouvement. Celui-ci s’était fixé comme méthode première la sensibilisation et les "groupes de paroles sans structure" étaient d’ excellents outils pour cela. Leurs aspects informels et décontractés ont encouragé la participation à la discussion et l’atmosphère souvent amicale permettait l’expression personnelle. Si rien d’autres que des opinions personnelles ne sortaient jamais de ces groupes, cela n’avait pas d’importance parce que leur but n’allaient pas vraiment au-delà.

Les vrais problèmes ne sont apparus que lorsque les groupes de discussions eurent épuisés les vertus de la sensibilisation et décidèrent qu’ils voulaient des contenus plus élaborés. Ils pataugèrent alors pour (...)

Article mis en ligne le 14 mai 2018
Rubrique : Sociologie

Je ne veux être l’objet de personne. Que ce soit au sein du couple, de l’entreprise et dans toute entité avec laquelle j’entretiens des relations. Réciproquement, je ne veux posséder personne. Concrètement, je souhaite consentir à toutes les décisions qui me concernent et réciproquement, je ne souhaite imposer aucune décision à quelque adulte que ce soit. J’adhère donc à un projet d’émancipation qui ne pose aucun problème tant que je suis seul, mais qui se complique rapidement dès que je m’associe à d’autres pour former un collectif. C’est qu’un chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux directions à la fois !

Jo Freeman

Mon cœur libertaire

L’émancipation est au cœur, voire le cœur, de la gauche libertaire et c’est aussi celui de la modernité. Mais comment prendre des décisions efficaces au sein d’un collectif tout en respectant ce grand principe d’émancipation ?

Les organisations (entreprises, partis, associations) sont le siège des principales atteintes à la liberté individuelle, qu’elles soient dotées de structures formelles hiérarchiques classiques, ou de structures informelles.

Les structures hiérarchiques formelles classiques portent atteinte aux libertés individuelles sous le couvert de liberté privée. Une contradiction même pas relevée par les tenants du libéralisme qui sont libéraux pour eux-mêmes et oppresseurs pour leurs subordonnés.

Les structures informelles, comme celles des mouvements anarchistes, autogestionnaires, des mouvements d’émancipation féminine, sont à la fois le siège de dominations non-dites et (...)

Article mis en ligne le 13 mai 2018
dernière modification le 14 mai 2018
Rubrique : Économie

David Cayla revient sur l’une des thématiques développée dans le livre La fin de l’Union européenne. (Delaume C., Cayla D., La fin de l’Union Européenne,Paris, Michallon,2017.)

Il explicite pourquoi et comment le Marché unique - qui a remplacé le Marché commun après la signature de l’Acte unique de 1986, faisant prendre à la construction européenne un tour nouveau et regrettable - favorise la polarisation économique, enrichit les pays du cœur de l’Europe, et appauvrit les périphériques.
Transcription d’une intervention sur Xerfi Canal - Voir

David Cayla est économiste à l’Université d’Angers. Il est membre du collectif des Économistes atterrés.

Depuis 2010, au total cinq pays ont fait appel à l’aide européenne. Dans l’ordre d’entrée dans la crise, ces pays sont la Grèce (2010), l’ Irlande (2010), le Portugal (2011), l’Espagne (2012) et Chypre (2013). ces pays très différents n’ont que deux points communs : leur appartenance à la zone Euro et leur situation géographique en périphérie de celle-ci.

Il faut faire le lien entre la crise de l’Euro et les forces de polarisation industrielle.

L’industrie est une activité spécifique de transformation matérielle. Pour s’épanouir, une économie industrialisée a besoin de quatre facteurs : un environnement institutionnel stable,des moyens financiers abondants, une main d’œuvre bien formée tant pour la production (ouvriers et techniciens) que pour la conception et la recherche (ingénieurs et chercheurs), une infrastructure de support performante (transports, système éducatif…).

Parmi ces facteurs, deux sont (...)

Article mis en ligne le 13 mai 2018
Rubrique : Écologie

François Roddier est astrophysicien. En 1965, il a créé le département d’astrophysique de l’Université de Nice où il a enseigné pendant 18 ans avant d’émigrer aux États-Unis. Là-bas, il a travaillé 4 ans à l’observatoire national de Kitt Peak (Arizona) puis 12 ans à l’institut d’astronomie de l’université d’Hawaii où il a développé des techniques d’optique adaptative. Revenu en 2001 prendre sa retraite en France, il s’est intéressé à la biologie et a publié un livre intitulé "Thermodynamique de l’évolution". Il résume ici la fin de son livre qui concerne l’évolution des sociétés humaines. Bien que l’effondrement de nos sociétés lui paraisse inéluctable, il reste optimiste quant à l’avenir de l’humanité.
Article publié le 3 juillet 2014 sur le site Automates Intelligents

François Roddier

François Roddier Source Wikipedia Les lois physiques

Si les sciences physiques sont, sans conteste, des disciplines scientifiques, les sciences humaines sont qualifiées de disciplines littéraires. On parle des premières comme des sciences "dures", les secondes étant des sciences "molles". Admiratives des sciences physiques, les sciences sociales ont souvent cherché à s’en inspirer. C’est ainsi que les sciences économiques s’inspirent ouvertement de la notion d’équilibre en mécanique, malheureusement sans fondement sérieux. Les théories marxistes se qualifient elles-mêmes de scientifiques, alors que les théories libérales, inspirées par Darwin, aboutissent à des conclusions opposées. Peut-on espérer que les sciences sociales accèdent un jour à la rigueur de sciences dures ?

Fondamentalement, les lois de la physique sont indépendantes du sens du temps. Les équations qui les décrivent sont invariantes par (...)

Article mis en ligne le 12 mai 2018
dernière modification le 13 mai 2018
Rubrique : Écologie

Dans le monde réel, celui qui agit, c’est celui qui agit. Dans l’esprit humain, qui fait partie du réel mais qui ne contient pas bien sûr tout le réel, les choses sont étonnamment plus complexes : il arrive que celui qui agit soit convaincu de ne pas être à l’origine de sa propre action. Tentons de diagnostiquer ce que cela signifie sur le plan écologique, en particulier concernant l’attribution de la responsabilité de la destruction de l’environnement, et comment nous pourrions déconstruire ce que nous appellerons une stratégie de substitution causale.

Anthropocène VII, La Mécanique des esprits libres

Aujourd’hui la recherche ne semble plus trouver de capacité propre à l’espèce humaine, qui permettrait de la définir singulièrement et la distinguerait qualitativement des autres êtres vivants. Les humains comme les animaux possèdent des techniques, des cultures, peuvent se reconnaître subjectivement, développent politique, morale protoypique et mensonge, les animaux peuvent rire aussi… [19]

Il reste toutefois une particularité du fonctionnement humain qui pourrait bien être totalement exclusive : nous serions les seuls à être capables de nous raconter des histoires et de nous adapter en fonction d’elles, plutôt qu’en fonction de la réalité perçue [20]. Et cette capacité particulière serait directement liée à la question écologique que nous traitons au cours de ces articles, elle nous permettrait notamment de procéder à une substitution causale très arrangeante dans l’exercice d’une emprise destructrice sur (...)


Économie, du grec ancien οἰκονομία (oikonomía), désigne étymologiquement « l’administration de la maison » (de oikos, maison, et nomos, gérer, administrer).
Le terme a un sens religieux, psychologique désignant la manière de diriger sa vie et un sens courant où l’économie (activité humaine) désigne les activités humaines tournées vers la production, l’échange, la distribution et la consommation de biens et de services.
Wikipedia

Quel lien direct entre le PIB et l’énergie ? par Gaël Giraud

Gaël Giraud est directeur de recherches au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne, de l’organisme de régulation financière Labex-Refi, de (...)

Article mis en ligne le 8 juillet 2018
La polarisation industrielle exacerbe les déséquilibres européens par David Cayla

David Cayla revient sur l’une des thématiques développée dans le livre La fin de l’Union européenne. (Delaume C., Cayla D., La fin de l’Union (...)

Article mis en ligne le 13 mai 2018

Identification

Calendrier

octobre 2018 :

Rien pour ce mois

septembre 2018 | novembre 2018

Pas d’évènements à venir

Sites favoris

Recherche multi-critères




Aucun article trouvé pour cette recherche

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    2029 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    1495 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    6 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 15-09-2018
    avec 177 visiteurs
  • Aujourd’hui :
    4 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    1 visiteur
  • Ce site compte : 2 auteurs 7 rubriques 31 articles 94 mots-clés 11 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 14 octobre 2018
    "III/ L’apartheid du néo-État social"


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2018-2018 © Perceval le gallois - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.81
Hébergeur : Nuxit