Le ciment commun d’un peuple

jeudi 29 décembre 2016
popularité : 25%

Ce qui constitue le ciment d’un peuple, ce sont des représentations, des idées et des espoirs partagés. Ces espoirs peuvent parfaitement être portés par des gens de confessions religieuses différentes, agnostiques ou athées. Les sondages effectués en France récemment montrent que 40 % de la population française se dit athée. Il n’y a pas d’obstacle pour un peuple de se constituer en rêve en commun, d’avoir envie de construire en commun. Il faut relativiser les règles de vie. Chaque individu a ses propres règles de vie, ses « valeurs », mais nous avons aussi collectivement, en commun des principes d’actions. Par conséquent, nos « valeurs » doivent être compatibles ou se plier à des règles d’action communes. Cela est possible parce que nous avons intériorisé la distinction entre sphère privée et sphère publique. Si, pour une grande partie de laa population les valeurs individuelles sont le produit de croyances religieuses, le fait que 40 % de la population soit athée n’augmente le taux de délinquance par rapport aux autres pays. La religion n’est donc pas nécessaire à l’existence d’une morale individuelle. Cicéron considérait la religion romaine comme un ensemble de rites, de règles. La notion de religion chez les romains étaient bien différentes à celle que nous connaissons aujourd’hui en tant que religions révélées. L’important n’était pas de croire aux augure mais de respecter les formes auxquelles il est important de se plier. « Si un augure (voit) un autre augure (il ne peut s’empêcher de rire). » [1]. La question des croyances est différente de celle des règles de vie.

 [2]


RussEurope – Blog de Jacques Sapir sur la Russie et l’Europe

[1Formule de Caton l’Ancien reprise par Cicéron, De la divination, 2, 24


Sites favoris


6 sites référencés dans ce secteur