« Je suis fils de la terre et du ciel étoilé » -Orphisme et pythagorisme.

lundi 28 décembre 2009
popularité : 49%

 Feuille d’or trouvée à Hippone, Trad. Jacques Lacarrière, Imprimerie Nationale.

Quand viendra le temps de ta mort,
Tu te dirigeras vers l’imposante [demeure d’Hadès.
Tu y verras sur la droite une source
Et tout près d’elle un blanc cyprès
Où les âmes des morts viennent se rafraîchir.
Ne t’approche pas de ces lieux.
En face tu trouveras l’eau fraîche qui jaillit Du lac de Mémoire, veillée par des gardiens.
Ils te demanderont très gravement
Ce que tu viens chercher dans la nuit de l’Hadès. Dis-leur : je suis fils de la Terre pesante [et du Ciel étoilé.
La soif me consume et je meurs. Donnez-moi vite
L’eau fraîche qui jaillit du lac de Mémoire.
Et ils auront pitié de toi et ils te permettront
Au nom du dieu régnant sur terre
De boire à la fontaine de Mémoire
Et sur la voie sacrée tu rejoindras la gloire  
Des autres initiés de Dionysos.

 Vers d’or, attribués à Lysis, Trad. Fabre d’Olivet (1813)

Rends aux Dieux Immortels le culte consacré ;
Garde ensuite ta foi : révère la mémoire
Des Héros bienfaiteurs, des Esprits Demi-Dieux.

PURIFICATION

Il t’est donné pourtant de combattre et de vaincre
Tes folles passions ; apprends à les dompter,
Sois sobre, actif et chaste ; évite la colère.
En public, en secret, ne te permets jamais
Rien de mal ; et surtout respecte-toi toi-même. [...]

PERFECTION

Que jamais le sommeil ne ferme ta paupière
Sans t’être demandé : Qu’ai-je omis ? Qu’ai-je fait ?
Si c’est mal, abstiens-toi ; si c’est bien, persévère.
Médite ces conseils, aime-les, suis-les tous :
Aux divines Vertus ils sauront te conduire.
J’en jure par celui qui grava dans nos cœurs
La Tétrade sacrée, immense et pur symbole,
Source de la Nature et modèle des Dieux. [...]
Les Dieux dont les secours
Peuvent seuls achever tes œuvres commencées.
Instruit par Eux, alors rien ne t’abusera :
Des êtres différents tu sonderas l’essence,
Tu connaîtras de Tout le Principe et la Fin,
Tu sauras, si le Ciel le veut, que la Nature,
Semblable en toutes choses est la même [en tous lieux.
En sorte qu’éclairé sur les droits véritables,
Ton cœur, de vains désirs ne se repaîtra plus. [...]
Mais observe les Lois de la Nature, en t’abstenant [des choses
Que ton âme doit craindre en les distinguant bien,
En laissant sur ton corps régner l’intelligence,
Afin qu’en t’élevant dans l’Éther radieux
Au sein des Immortels, tu sois un dieu toi-même.

 Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, Pythagore  ,Trad. R. Genaille, Garnier- Flammarion

La vertu est une harmonie, comme aussi la santé, le bien total et la divinité. C’est pourquoi l’ensemble des choses est harmonieux. [...] Il ne faut pas donner aux héros les mêmes honneurs qu’aux dieux, mais bien adorer les dieux avec des paroles de respect, dans un vêtement blanc et avec un corps pur, et n’adorer les héros qu’après le milieu du jour. La pureté s’obtient par le moyen des purifications, des ablutions, des aspersions, du fait de n’avoir pas eu de contact avec un mort, avec une femme, ou avec toute autre souillure, et de s’abstenir des viandes d’animaux morts, de rougets, de mulets de mer, d’œufs, d’oiseaux nés d’oeufs, de fèves et de tout ce que défendent ceux qui dans les cérémonies sacrées ont la charge de célébrer les rites. [...]

Le principe des choses est la monade. De la monade est sortie la dyade, matière indéterminée soumise à la monade, qui est une cause. De la monade parfaite et de la dyade indéterminée sont sortis les nombres ; des nombres les points ; des points les lignes ; des lignes les surfaces ; des surfaces les volumes ; et des volumes tous les corps qui tombent sous les sens, et proviennent de quatre éléments : l’eau, le feu, la terre et l’air. Ces éléments se transforment de façons diverses et créent ainsi le monde qui est animé, spirituel, sphérique, et porte en son milieu la terre, qui est ronde aussi et habitée sur toute sa surface.


L’ésotérisme : kabbale, franc-maçonnerie, soufisme