Les origines

Regius

Le Regius

Comment naquit le Métier : Le Manuscrit Regius et les « Anciens Devoirs »
Véritable code professionnel et moral, le Regius réglemente le statut et les conditions de travail des tailleurs de pierre médiévaux.
Les « sept arts libéraux » contiennent un riche potentiel que déploieront certains courants de fraternité.


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 9 février 2010

« Salomon lui-même leur enseigna leurs coutumes » - Le manuscrit Cooke

Les figures bientôt incontournables d’Hermès, de Pythagore et d’Euclide.

mercredi 10 février 2010

« Que tout homme qui est maçon prête bien attention à ces devoirs » - Le grand Lodge N°1

Le Grand Lodge est le premier manuscrit à revendiquer sa propre récitation durant la réception d’un nouveau frère.

Tout est bien là : les arts libéraux, l’éloge de la géométrie, la trame biblique, et même Euclide.

mercredi 10 février 2010

« Examiner les qualifications et l’ancien art de la mémoire... » - Les statuts Schaw

Le « nom et la marque » de tout nouveau maître ou compagnon « reçu » seront enregistrés.

William Schaw, père lointain de la franc-maçonnerie moderne ?

mercredi 10 février 2010

« Nous avons le mot du maçon et le don de seconde vue » - La « transition »

Témoignages du XVIIIe siècle : des « opératifs » aux « spéculatifs »

Les vieilles loges opératives, affaiblies par les évolutions de la société, auraient peu à peu accueilli des non-bâtisseurs.
De quoi attirer les curieux assoiffés de mystères et de services, mais aussi les critiques...

mercredi 10 février 2010

« Tout ce qu’il y a à faire pour faire un parfait maçon » - Le manuscrit d’Édimbourg

Le manuscrit des archives d’Édimbourg.

Pour ce qui est des formes, l’initiation maçonnique archaïque insiste avant tout sur un serment prêté sur la Bible.
De terribles « pénalités » engagent les Frères à ne divulguer leurs secrets à aucun « profane ».