Les indépendants

L’imposante figure de Freud a occulté le travail mené par ces compagnons de la première heure. Pourtant, ces penseurs créatifs et originaux ont grandement contribué à révolutionner l’étude théorique et clinique d’une discipline encore toute nouvelle : la psychanalyse.

Ernest Jones (1789-1958)
l’un des premiers disciples de Freud en Grande Bretagne

Sándor FERENCZI (1873-1933)
instigateur de l’école hongroise de la psychanalyse

Hélène DEUTSCH (1884-1982)


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 21 juillet 2014

« Seul ce qui est refoulé a besoin d’être symbolisé » - Ernest Jones

Pour les besoins de la cause, il n’est pas inutile d’examiner les travaux des auteurs appartenant à l’école dite post-psychanalytique, Adler, Jung, Maeder, Silbe­rer, Stekel, et leurs partisans anglais Eder, Long et Nicoll. Ce qui caractérise les écrivains de cette école, c’est qu’après avoir acquis (...)

lundi 21 juillet 2014

« Les cas d’exception me poussent à poser un principe : le laisser-faire » - Sàndor Ferenczi

Au cours de ma longue pratique analytique, je me suis constamment retrouvé en train d’enfreindre tantôt l’un, tantôt l’autre des Conseils techniques de Freud. La fidélité au principe selon lequel le patient doit être allongé fut trahie occasion­nellement par l’impulsion indomptable des malades à se lever (...)

lundi 21 juillet 2014

« La peur oblige les enfants à s’identifier à l’agresseur » - Sàndor Ferenczi

La séduction liée à l’objet présent ou trop absent entraîne une commotion psychique, que Ferenczi définit comme l’anéantissement du soi et de la capacité à résister.

lundi 21 juillet 2014

« L’agressivité est abandonnée pour le plaisir d’être aimée » - Hélène Deutsch

La mère exerce une attraction prépondérante sur le psychisme de la fille pubère.